SOMMEIL - SLEEP

C'est une fonction centrale, pour le bien-être et le système immunitaire,  qui présente des troubles pour tellement de personnes que j' ai repris, les recommandations du naturopathe réputé, le dr. J.P. Willem : 

++++++++++++++++

"Le sommeil : une clef de voûte de l’immunité PAR JEAN-PIERRE WILLEM "

https://association-biologique-internationale.com/insomnie-traitements-naturels/

"La consommation des somnifères a bondit de 18% en 2020. Malheureusement ces benzodiazépines renforcent la iatrogénèse (l 'ensemble des effets néfastes qui peuvent être provoqués par un traitement médical.), qui s’ajoute aux autres produits allopathiques chez les comorbides (ce qui complique la réanimation qui devient une épée de Damoclès).

Ainsi, un bon sommeil naturel représente une bénédiction pour notre système immunitaire : la vitalité et la résistance aux maladies sont renforcées.

Tous les éléments qui constituent l’immunité se mettent en place :

– Le niveau de cortisol (hormone du stress) chute.

– Les lymphocytes T, sont renforcés. Ils produisent des médiateurs et tuent les cellules infectées. Par ailleurs, ils stimulent les lymphocytes B qui fabriquent les anticorps.

– Mise en place de cytokines, des médiateurs qui jouent un rôle central dans les mécanismes inflammatoires et immunitaires. Ce sont :

  • L’interleukine 1 (IL1) est le médiateur central de l’immunité : elle produit toutes les cellules immunitaires (lymphocytes B et T, cellules phagocytaires, monocytes, macrophages).

  • L’interleukine 2 (IL2) stimule l’immunité cellulaire grâce aux lymphocytes T, mais également la production d’anticorps par les lymphocytes B stimulés par l’antigène.
    La production d’interleukine 2 et d’interféron gamma stimule les lymphocytes tueurs et les cellules tueuses naturelles (Natural killers) qui s’activent la nuit.

– La nuit le cerveau secrète un neurotransmetteur appelé la L. Glycine qui génère l’atonie musculaire sous forme de paralyse provisoire qui permet d’accéder au sommeil paradoxal et à une diminution de la somnolence pendant la journée (on trouve la L. Glycine dans l’avoine).

En revanche, un mauvais sommeil modifie et altère notre ADN en particulier les télomères, des petits « capuchons » protecteurs situés aux extrémités des chromosomes. Ils représentent notre véritable âge biologique : moins on dort, plus ils raccourcissent ; c’est le départ du vieillissement de tout l’organisme. Il reste à prendre de l’astragale une plante qui bloque cette « décrépitude ».

L’insomnie au quotidien

Les troubles du sommeil gâchent les nuits (et les journées) de près d’un quart de la population adulte en France, deux fois plus souvent les femmes que les hommes et d’autant plus que l’on avance en âge. Certes, il peut arriver à tout le monde de mal dormir un jour ou l’autre. Ce n’est un réel problème que lorsque l’insomnie s’éternise.

Aujourd’hui, les Français dorment une heure et dix-sept minutes de moins qu’il y a trente ans. Nous vivons une crise majeure du sommeil, qui peut avoir de graves répercussions sur notre santé

A cela, plusieurs raisons : en premier lieu, le développement des technologies, et ses conséquences désastreuses. La lumière bleue, diffusée par les smartphones, les ordinateurs, les liseuses et les tablettes inhibent la mélatonine, l’hormone du sommeil, et retarde l’endormissement. Résultat ? Nous sommes jetlagués !

L’organisation de la société a également un impact considérable sur notre sommeil : on passe davantage de temps dans les transports ; on dîne plus tard et l’on mange trop ; le film du soir à la télé commence à 21 h 10 – contre 20 h 30 autrefois -, ce qui décale les journées. La consommation accrue d’écrans, notamment de séries, a aussi raccourci nos nuits. Et, pour finir, la crise du Covid-19 n’arrange rien. Si le temps consacré au sommeil a augmenté pendant le confinement du printemps, les gens se sont couchés plus tard et ont été davantage exposés au stress, à l’anxiété, donc aux insomnies.

Signes

  • Difficultés à trouver le sommeil, même quand on est très fatigué.

  • Réveils fréquents en milieu de nuit.

  • Impression de ne pas fermer l’œil de la nuit.

  • Sommeil non-récupérateur.

  • Sommeil léger et irrégulier.

  • Impossibilité de dormir plus de 3 ou 4 heures.

Autres symptômes

Soit envie de dormir qui passe dès qu’on s’allonge. Soit aucune sensation de sommeil. Soit impression que le cerveau ne se met pas au repos. Soit sommeil avec réveils fréquents et impression de ne pas avoir dormi. Soit endormissement rapide et réveil une à deux heures après, avec impossibilité de se rendormir.

Dans la journée, on observe : fatigue, somnolence, irritabilité anormale, mauvaise attention (moins performant au travail et risque d’accident), désintérêt pour le travail, pour la famille et les loisirs, dépression nerveuse. (Les insomnies de fin de nuit, vers 4 ou 5 heures du matin, sont en général révélatrices d’un état plutôt dépressif).

Causes

Un facteur stressant passager : environnemental (bruit, chaleur, moustiques, un souci), psychologique (décès d’un proche, conflit familial, conjugal ou au travail), physique (maladie, fièvre, douleurs), changement d’horaire (décalage horaire, coucher à une heure non habituelle), festivité (alcool, Coca Cola, café, tabac).

Insomnie chronique : états dépressifs (débutant souvent par l’insomnie), troubles psychologiques (angoisses la nuit, peur de ne pas se réveiller, pensées obsessionnelles), médicaments divers (à visée psychiatrique, cardiovasculaire, hypertension, etc.), ondes électriques et radio (radios-réveils, relais pour téléphones portables, émetteurs radio ou radars à proximité) et courants telluriques.

L’insomnie, au même titre qu’un autre symptôme, peut-être la manifestation d’un terrain chronique. Elle s’installe d’une manière régulière. Il s’agit de rechercher la cause et sa compréhension par rapport à l’événement.

Les différentes phases

Le sommeil comporte 5 phases. Après la première phase d’endormissement, on identifie quatre ou cinq cycles de 90 à 120 minutes dans les phases 2, 3 et 4.

  • 1 : L’endormissement, de 5 à 10 min. Les rythmes cardiaques et respiratoires ralentissent, la conscience, encore sensible aux influences extérieures, vogue entre deux (des images disparates défilent). A l’électroencéphalogramme (EEG) on observe les ondes alpha (8 à 12 Hz),

  • 2 : Le sommeil lent léger, 50 % du sommeil, on est moins sensible aux stimuli extérieurs, avec arrêt des mouvements oculaires, alternance de tensions et de détentes pour le corps. A l’EEG ce sont les ondes thêta (3 à 7 Hz),

  • 3 : Le sommeil profond, 25 % du sommeil, cœur et poumons sont au ralenti, insensibilité totale aux stimuli extérieurs, c’est la phase de régénération, du somnambulisme et d’énurésie (émission d’urine involontaire),

  • 4 : Le sommeil paradoxal, 15 min dans les premiers cycles et 60 minutes au dernier, on observe les mouvements des globes oculaires ; les rêves sont accompagnés de poussées d’accélération des rythmes cardiaques et pulmonaires, c’est la phase de « nettoyage » émotionnel et de mémorisation,

  • 5 : Le réveil, à la suite du dernier cycle du sommeil paradoxal.

Le sommeil permet la détente du système neuromusculaire, il restaure les connexions interneuronales altérées par le stress de la journée, diminue la charge émotionnelle, augmente la mémorisation, développe la créativité (des inventeurs ont eu la solution au cours de rêves), favorise la sécrétion de nombreuses hormones et renforce l’immunité.

Importance du questionnaire

  • Pourquoi dort-on mal !

  • Comment distinguer les fausses insomnies de la vraie ?

  • S’agit-il d’une insomnie d’endormissement ou de réveils nocturnes ?

  • À quelle heure se produisent les réveils nocturnes ?

  • Avez-vous sommeil sans résultat ou pas de sommeil du tout ?

  • L’insomnie est-elle provoquée par le stress, l’émotion, la fatigue physique, l’excès de travail ?

  • Que ressentez-vous au cours de l’insomnie : agitation, afflux de pensées, cogitation, anxiété, fringale?

  • C’est surtout la qualité du sommeil qui est à prendre en considération.

CONSEILS

Pour retrouver les clés d’un bon sommeil :

  • Ne pas boire café, thé, alcool et autres excitants après 15 heures.

  • Boire une tisane calmante, en faire un rituel avant d’aller au lit.

  • Dîner léger.

  • Éviter un excès de liquides.

  • Se coucher à heures régulières.

  • Éviter les somnifères qui ne procurent pas un sommeil naturel et de bonne qualité.

L’idéal est de dîner deux ou trois heures avant le coucher, en limitant l’apport de protéines et en évitant le sucre (donc les desserts !), qui allongent le temps de digestion. A l’inverse, privilégiez les féculents et les aliments riches en tryptophane (œufs, huiles, poissons gras, avocat, fruits secs…), qui stimulent la sérotonine (quiétude) et la mélatonine (sommeil) ; les acides aminés favorisent l’endormissement.

Pensez aussi aux tisanes. Les plantes comme la mélisse, l’aubépine ou la fleur d’oranger ont des vertus relaxantes et sédatives. Par ailleurs, la chaleur de la tisane favorise la digestion.

Le soir venu, diminuez progressivement l’éclairage du salon ou de la chambre afin de créer une ambiance de plus en plus tamisée. Une heure avant de filer au lit, éteignez les écrans les plus proches, cachez les diodes laissées en veille. Aérez la pièce pendant dix minutes. Puis assoupissez-vous en pratiquant une activité contemplative — lire, écouter de la musique, prier.

Attention, une mauvaise posture peut altérer la qualité du sommeil :

Si vous dormez sur le dos, privilégiez un petit oreiller. La tête doit être légèrement surélevée mais pas trop. L’idéal est que la nuque soit inclinée à plus de 20 degrés, en extension, afin de libérer les voies respiratoires et permettre une bonne oxygénation. Si vous préférez le côté, veillez à ce que l’épaisseur de votre oreiller corresponde à celle de votre épaule. Enfin, en chien de fusil, placez un coussin sous vos genoux.

Le matin, exposez-vous au soleil ou à une lampe de luminothérapie, le temps du petit déjeuner. Ainsi, en inhibant la sécrétion de mélatonine, la lumière emmagasinée vous aidera à vous endormir mieux et plus rapidement, le soir venu. Par ailleurs, oubliez le concept de miracle morning, qui consiste à se lever aux aurores pour parvenir à accomplir tout ce qu’on ne fait pas durant la journée (activité physique, lecture…) ! C’est un rituel inapproprié de penser que l’on peut « tricher » avec le sommeil.

Traitement : Médecine classique

Les somnifères (en premier les benzodiazépines) sont très efficaces pour les insomnies passagères, mais l’effet ne dure que de deux à quatre heures, ensuite il y a accoutumance avec obligation d’augmenter les doses, ensuite ils deviennent inefficaces. Les risques sont : la perte des réflexes en automobile, une somnolence diurne, des pertes de mémoires, un sommeil non-récupérateur (car le sommeil paradoxal avec rêves n’est pas atteint), l’abrutissement de la personne dans sa vie sociale ces perturbations du cerveau (Parkinson, Alzheimer).

L’autre effet pervers est le phénomène de dépendance : l’organisme « réclame » ces benzodiazépines.

La structure du sommeil se modifie : les 2 phases du sommeil les plus importantes, le sommeil paradoxal et le sommeil lent profond sont nettement diminués.

Le sevrage des somnifères peut se faire progressivement après un ou deux mois de traitement homéopathique, sous surveillance médicale ; couplé à l’acupuncture voire à l’ostéopathie surtout pour le bébé.

Homéopathie

La question du sevrage des traitements à base d’anxiolytiques se pose souvent. Dans la pratique, en respectant des paliers et en soutenant psychologiquement le patient, il est très possible de supprimer l’anxiolytique avec un traitement homéopathique. En dehors d’une insomnie due à une maladie, le traitement homéopathique se montre efficace et doit toujours être proposé en première intention. Il permet d’éviter la plupart du temps la prise de somnifères dont on connaît bien les effets secondaires ainsi que les risques d’accoutumance et de dépendance.

Nous disposons d’une palette de remèdes en fonction des modalités, (signes, particularités) : (Nux Vomica, Ignatia, coffea, calcarea carbonica, arsenium album, sulfur, phosphorus, kalium phosphoricum. A prendre en 9 ou 15 CH)

Compléments alimentaires

QUIET FULL : un excellent antistress 2 fois 2 gélules, labo Phyt’Inov

SPRAY SOMMEIL (mélatonine) labo Le Stum, 5 giclées sous la langue 5 mn avant l’heure du sommeil.

La mélatonine favorise le sommeil quand il y a un décalage horaire (se méfier sur Internet des mélatonines prétendument naturelles mais en fait animales).

MORPHEA 1 gélule au souper, 1 gélule au coucher (labo Fenioux)

Traitements naturels

Calcium, magnésium, vitamines B (surtout la B6). Des plantes qui ont les mêmes effets que les benzodiazépines : l’aubépine (Cratægus oxyacantha), la passiflor, la valériane, la fleur d’oranger (pour les nourrissons), le tilleul, la mélisse, le griffonia, le houblon, la camomille allemande, l’avoine (calmant et tonifiant), le pavot de Californie.

Toutes ces plantes peuvent être prises en tisane ou en gélules.

La bergamote (Citrus bergamia) augmente la sécrétion de mélatonine dans le sang la nuit. Une tisane avec un peu de miel au coucher est recommandée.

Le jus de cerise contient de la mélatonine.

En ethnomédecine on recourt à l’Aschwagandha (Withania somnifera) qui assure un sommeil réparateur.

Gemmothérapie

Le matin 50gttes Romarin offic. Bg Mac. Glyc. 1D 125 ml

Midi 50gttes Figuier Bg Mac. Glyc. 1D 125 ml

Soir 100gttes Tilleul Bg Mac. Glyc 1D 125 ml

Huiles essentielles

Angoisse, anxiété, insomnies

HECT Angélique (racine) : 1 ml

HECT Marjolaine des jardins : 1 ml

HECT Lavande vraie : 1 ml

HECT Yuzu (ou camomille romaine) : 1 ml

HV Noyaux d’abricot : 7 ml

5 gouttes sur le plexus solaire et/ou en bouche avec un peu de miel ou sucre de canne

Insomnies sévères :

HECT Néroli : 1 ml

HECT Camomille noble : 2 ml

HECT Ylang ylang : 1 ml

HV Noyaux d’abricot : 6 ml

5 gouttes sur chaque voûte plantaire ou sur le plexus solaire ou sur la face interne des poignets, au coucher.

++++++++++++++++

It is a central function, for the well-being and the immune system, which presents problems for so many people that I have taken again, the recommendations of the renowned naturopath, dr. J.P. Willem:

++++++++++++++++

 "Sleep: a keystone of immunity BY JEAN-PIERRE WILLEM"

https://association-biologique-internationale.com/insomnie-traitements-naturels/

 

"The consumption of sleeping pills jumped by 18% in 2020. Unfortunately these benzodiazepines reinforce iatrogenesis (the set of harmful effects that can be caused by medical treatment.), Which is added to other allopathic products in comorbid patients (this which complicates the resuscitation which becomes a sword of Damocles). Thus, a good natural sleep represents a blessing for our immune system: vitality and resistance to disease are strengthened. All the elements that constitute immunity fall into place: - The level of cortisol (stress hormone) drops. - T lymphocytes are strengthened.

 

They produce mediators and kill infected cells. In addition, they stimulate the B lymphocytes which make the antibodies. - Establishment of cytokines, mediators which play a central role in inflammatory and immune mechanisms.

Those are :

Interleukin 1 (IL1) is the central mediator of immunity: it produces all immune cells (B and T lymphocytes, phagocytic cells, monocytes, macrophages). Interleukin 2 (IL2) stimulates cellular immunity through T lymphocytes, but also the production of antibodies by B lymphocytes stimulated by the antigen. The production of interleukin 2 and interferon gamma stimulates killer lymphocytes and natural killers which activate at night. - At night, the brain secretes a neurotransmitter called L. Glycine which generates muscle atony in the form of temporary paralysis which allows access to paradoxical sleep and a reduction in somnolence during the day (L. Glycine is found in oats).

 

On the other hand, poor sleep modifies and alters our DNA, in particular the telomeres, small protective "caps" located at the ends of chromosomes. They represent our true biological age: the less we sleep, the shorter they become; it is the start of aging for the whole body. It remains to take astragalus, a plant that blocks this "decrepitude".

Insomnia on a daily basis

 

Sleep disorders spoil the nights (and days) of nearly a quarter of the adult population in France, twice as often women as men and more so as we get older. Of course, everyone can sleep badly at one time or another. This is only a real problem when the insomnia drags on. Today, the French sleep an hour and seventeen minutes less sleep than thirty years ago. We are experiencing a major sleep crisis, which can have serious repercussions on our health There are several reasons for this: first, the development of technologies, and its disastrous consequences. Blue light emitted by smartphones, computers, e-readers and tablets inhibits the sleep hormone melatonin and delays falling asleep. Results ? We are jetlagued! The organization of society also has a considerable impact on our sleep: we spend more time in transport; we eat dinner later and eat too much; the evening film on TV begins at 9:10 p.m. - compared to 8:30 p.m. in the past - which shifts the days. The increased consumption of screens, especially series, also shortened our nights. And, finally, the Covid-19 crisis is not helping.

 

While the time spent on sleep increased during the spring confinement, people went to bed later and were more exposed to stress, anxiety, and therefore insomnia.

Signs

Difficulty falling asleep, even when you are very tired. Frequent awakenings in the middle of the night. Impression of not sleeping all night. Non-recovering sleep. Light and irregular sleep. Inability to sleep more than 3 or 4 hours. Other symptoms Either desire to sleep which passes as soon as you lie down. Either no feeling of sleep. Either impression that the brain does not put itself at rest. Or sleep with frequent awakenings and the impression of not having slept. Either fast falling asleep and waking up one to two hours later, with the impossibility of going back to sleep.

During the day, we observe: fatigue, drowsiness, abnormal irritability, poor attention (less performance at work and risk of accident), lack of interest in work, family and leisure, nervous breakdown. (Insomnia at the end of the night, around 4 or 5 in the morning, is usually indicative of a rather depressive state).

A temporary stressor:

environmental (noise, heat, mosquitoes, a worry), psychological (death of a loved one, family, marital or work conflict), physical (illness, fever, pain), schedule change (jet lag , bed at an unusual time), festivity (alcohol, Coca Cola, coffee, tobacco). Chronic insomnia: depressive states (often starting with insomnia), psychological disorders (anxiety at night, fear of not waking up, obsessive thoughts), various medications (for psychiatric, cardiovascular, hypertension, etc.), electric waves and radio (clock radios, relays for cell phones, radio transmitters or radars nearby) and telluric currents. Insomnia, like any other symptom, may be the manifestation of a chronic ground. It sets in on a regular basis. It is about looking for the cause and its understanding in relation to the event. The different phases

 

Sleep has 5 phases. After the first phase of falling asleep, four or five cycles of 90 to 120 minutes are identified in phases 2, 3 and 4.

1: Falling asleep, 5 to 10 min. Cardiac and respiratory rhythms slow down, consciousness, still sensitive to external influences, flies between two (disparate images pass by). On the electroencephalogram (EEG) we observe alpha waves (8 to 12 Hz),

2: Light slow sleep, 50% of sleep, we are less sensitive to external stimuli, with stopping eye movements, alternating tension and relaxation for the body. At EEG these are theta waves (3 to 7 Hz),

3: Deep sleep, 25% of sleep, heart and lungs are slowed down, total insensitivity to external stimuli, this is the phase of regeneration, sleepwalking and enuresis (involuntary emission of urine),

4: REM sleep, 15 min in the first cycles and 60 minutes in the last, we observe the movements of the eyeballs; dreams are accompanied by acceleration of heart and lung rhythms, this is the phase of emotional "cleaning" and memorization,

5: Awakening, following the last cycle of REM sleep. Sleep allows the neuromuscular system to relax, it restores the interneuronal connections altered by the stress of the day, decreases the emotional load, increases memorization, develops creativity (inventors have had the solution during dreams), promotes the secretion of many hormones and strengthens immunity.

importance of the questionnaire

 

Why do we sleep badly! How to distinguish false insomnia from the real one? Is it insomnia from falling asleep or awakening at night? What time do nocturnal awakenings occur? Do you have sleep to no avail or no sleep at all? Is insomnia caused by stress, emotion, physical fatigue, overwork? How do you feel during insomnia: restlessness, rush of thoughts, cogitation, anxiety, hunger pangs? It is especially the quality of sleep that is to be taken into consideration.

 

ADVICE To find the keys to a good sleep: Do not drink coffee, tea, alcohol and other stimulants after 3 p.m. Drink a calming herbal tea, make it a ritual before going to bed. Light dinner. Avoid excess fluids. Go to bed at regular times. Avoid sleeping pills that do not provide natural, good quality sleep.

The ideal is to eat dinner two or three hours before bedtime, limiting protein intake and avoiding sugar (so desserts!), Which lengthen digestion time. Conversely, choose starches and foods rich in tryptophan (eggs, oils, fatty fish, avocado, dried fruits, etc.), which stimulate serotonin (tranquility) and melatonin (sleep); amino acids make it easier to fall asleep.

 

Also think about herbal teas. Plants such as lemon balm, hawthorn or orange blossom have relaxing and sedative properties. In addition, the heat of the herbal tea promotes digestion.

 

In the evening, gradually reduce the lighting in the living room or bedroom to create an increasingly subdued atmosphere. An hour before going to bed, turn off the nearest screens, hide the diodes left on standby. Air the room for ten minutes. Then doze off with a contemplative activity - reading, listening to music, praying. Be careful, bad posture can affect the quality of sleep:

If you sleep on your back, use a small pillow. The head should be slightly elevated, but not too high. Ideally, the neck should be tilted more than 20 degrees, in extension, to free the airways and allow good oxygenation. If you prefer the side, make sure the thickness of your pillow matches that of your shoulder. Finally, in a gun dog, place a cushion under your knees. In the morning, expose yourself to the sun or to a light therapy lamp for breakfast.

 

Thus, by inhibiting the secretion of melatonin, the stored light will help you fall asleep better and faster in the evening. Also, forget the concept of the miracle morning, which consists of getting up at dawn to achieve everything you don't do during the day (physical activity, reading, etc.)! It is an inappropriate ritual to think that one can "cheat" on sleep.

 

Treatment: Classical medicine

Sleeping pills (primarily benzodiazepines) are very effective for transient insomnia, but the effect only lasts two to four hours, then it becomes habitual with the need to increase the dose, then they become ineffective. The risks are: loss of reflexes in the automobile, daytime sleepiness, loss of memories, non-recuperative sleep (because REM sleep with dreams is not reached), the stupefaction of the person in his social life these brain disturbances (Parkinson's, Alzheimer's). The other perverse effect is the phenomenon of dependence: the body "calls out" for these benzodiazepines. The structure of sleep changes: the 2 most important phases of sleep, REM sleep and slow deep sleep, are markedly reduced. Withdrawal from sleeping pills can be done gradually after one or two months of homeopathic treatment, under medical supervision; coupled with acupuncture or even osteopathy, especially for babies.

Homeopathy The question of withdrawal from treatment with anxiolytics often arises. In practice, by respecting levels and psychologically supporting the patient, it is very possible to suppress the anxiolytic with homeopathic treatment. Apart from insomnia due to an illness, homeopathic treatment has been shown to be effective and should always be offered as a first-line treatment. Most of the time, it avoids taking sleeping pills, the side effects of which are well known, as well as the risks of addiction and dependence. We have a range of remedies depending on the moda lities (signs, peculiarities): (Nux Vomica, Ignatia, coffea, calcarea carbonica, arsenium album, sulfur, phosphorus, kalium phosphoricum. To be taken in 9 or 15 CH)

Food supplements

 

QUIET FULL: an excellent anti-stress twice 2 capsules, Phyt'Inov lab SLEEP SPRAY (melatonin) from Le Stum lab, 5 squirts under the tongue 5 minutes before sleep time. Melatonin promotes sleep when there is a time difference (beware on the Internet of supposedly natural melatonins but in fact animal). MORPHEA 1 capsule at supper, 1 capsule at bedtime (Fenioux lab)

 

Natural treatments Calcium, magnesium, B vitamins (especially B6). Plants that have the same effects as benzodiazepines: hawthorn (Cratægus ​​oxyacantha), passion flower, valerian, orange blossom (for infants), lime blossom, lemon balm, griffonia, hops, chamomile German, oats (calming and invigorating), California poppy. All these plants can be taken in herbal tea or in capsules. Bergamot (Citrus bergamia) increases the secretion of melatonin in the blood at night. A herbal tea with a little honey at bedtime is recommended. Cherry juice contains melatonin. In ethnomedicine, Aschwagandha (Withania somnifera) is used, which provides restful sleep.

Gemmotherapy

 

In the morning 50gttes Rosemary offic. Bg Mac. Glyc. 1D 125 ml Midi 50gttes Figuier Bg Mac. Glyc. 1D 125 ml Evening 100gttes Tilleul Bg Mac. Glyc 1D 125 ml Essential oils Anguish, anxiety, insomnia HECT Angelica (root): 1 ml HECT Marjoram from the gardens: 1 ml HECT Lavender true: 1 ml HECT Yuzu (or Roman chamomile): 1 ml HV Apricot kernels: 7 ml 5 drops on the solar plexus and / or in the mouth with a little honey or cane sugar Severe insomnia: HECT Neroli: 1 ml HECT Noble chamomile: 2 ml HECT Ylang ylang: 1 ml HV Apricot kernels: 6 ml 5 drops on each arch of the foot or on the solar plexus or on the inside of the wrists, at bedtime.

image-03-12-21-10-50-5
image-03-12-21-10-50-5
press to zoom
image-04-12-21-12-21-13
image-04-12-21-12-21-13
press to zoom
image-18-11-21-01-07
image-18-11-21-01-07
press to zoom
image-04-12-21-12-21-14
image-04-12-21-12-21-14
press to zoom
image-03-12-21-09-22-8
image-03-12-21-09-22-8
press to zoom